Boursier-es aux cycles supérieurs

  • 2020-21
  • 2019-2020
  • 2018-19
  • 2014-15
  • 2013-14
  • 2012-13
  • 2010-11
  • 2009-10

Jason Stocker, (Philosophie, Concordia)

Il a un large éventail d’intérêts philosophiques, notamment les théories de la justice, la métaéthique, la philosophie politique, le marxisme, la théorie critique, l’éthique environnementale, la phénoménologie, le constructivisme et la logique. Il explore actuellement les questions de justice écologique via la relation entre la justice sociale, le marxisme, le constructivisme et la philosophie de la nature.

Rebecca van der Post, (Philosophie, Concordia)

Elle s’inspire de sa vie dans la musique pour envisager la possibilité d’une expérience non aliénée. Ses recherches portent sur les structures de l’expérience créative immersive et sur la signification politique, sociale et environnementale des subtiles altérations des relations sujet/objet qui caractérisent le processus de travail créatif.

Holly Elizabeth Ching, (Science Politique, Concordia)

Ses recherches se concentrent actuellement sur la compréhension de l’aliénation gnostique et des rejets modernes de la finitude humaine par le biais d’une exploration des initiatives de recherche scientifique contemporaines visant à prolonger indéfiniment la vie humaine. Plus largement, ses intérêts de recherche comprennent la philosophie politique classique et continentale, l’herméneutique, la science et la technologie, Platon, Aristote, Hannah Arendt, Hans-Georg Gadamer, Hans Jonas et Eric Voegelin.

Gilles Beauchamp (Philosophie, McGill)

Ses recherches portent sur la religion dans la sphère publique et dans les écoles communes des sociétés démocratiques pluralistes. Il s’est récemment intéressé aux injustices épistémiques en relation avec les identités religieuses et l’éducation religieuse et à la manière dont le cadre de l'(in)justice épistémique peut jeter un nouvel éclairage sur les anciennes questions relatives à la religion et à l’État libéral.

Thomas Colbourne (Philosophie, McGill)

Sa thèse porte sur l’intersection entre la métaphysique, l’épistémologie et la théorie politique de Spinoza. La dimension politique de son travail s’intéresse à la façon dont Spinoza conçoit les croyances comme constitutives et constituées par notre contexte sociopolitique.

Hugo Cossette-Lefebvre (Philosophie, McGill)

Ses intérêts de recherche couvrent la théorie politique, l’éthique et la philosophie du droit.

Il s’intéresse particulièrement à l’application des théories de l’autonomie relationnelle et de l’égalité relationnelle au niveau international.

Mylene Kassandra Hangdaan (Philosophie, McGill)

Elle étudie l’éthique et la légalité de l’intelligence artificielle, des grandes données et de la confidentialité numérique. Mylene est titulaire d’une maîtrise de l’université Queen’s à Kingston et d’une licence de l’université de Toronto.

Dallas Jokic (Philosophie, McGill)

Il s’intéresse à la philosophie politique, à la philosophie continentale, à la philosophie de la race et à Spinoza. Il travaille actuellement à l’élaboration d’un récit sur les motivations fascistes contemporaines qui traite de la relation entre le fascisme et le colonialisme des colons.

Thomas Minguy (Philosophie, McGill)

Il se concentre sur la philosophie politique de Baruch Spinoza, plus particulièrement ce qui concerne l’investissement politique du désir, ainisi que la nature mimétique des affections sociales. Il s’intéresse aussi à la pensée de Frantz Fanon ainsi qu’à la lutte anti-coloniale sous toutes ses formes.»

Jean-François Rioux (Philosophie, McGill)

Sa thèse vise à examiner la valeur de l’anonymat pour la liberté politique. En examinant les écrits politiques de Hegel, Ricoeur et Havel, il soutient qu’il existe au moins une forme d’anonymat qui est intrinsèquement bonne pour la réalisation de la liberté politique.

Jordan Walters (Philosophie, McGill)

Il est spécialisé dans la philosophie politique, la méta-éthique et l’éthique normative. Récemment, il s’est surtout intéressé à la philosophie des droits de l’homme, au néo-républicanisme et à la justice mondiale.

Philip-Emmanuel Aubry (Science Politique, McGill)

Il s’intéresse dans ses recherches à la « politique de la théorie » des intellectuels, notamment ceux ayant pris l’économie en son sens large comme objet d’étude. Il y examine l’utilisation rhétorique de la méthodologie par des économistes et sociologues (par exemple Max Weber et Joseph Schumpeter), ainsi que les liens explicites et implicites entre leur épistémologie et leur pensée politique. Plus généralement, il s’intéresse à l’histoire intellectuelle dans le monde germanophone durant les XIXe et XXe siècles ainsi qu’aux liens qu’y y sont entretenus entre la philosophie et les sciences sociales.

Makonen E.G. Bondoc (Science Politique, McGill)

Ses intérêts de recherche se concentrent principalement sur la théorie juridique internationale critique en ce qui concerne le régime international des droits de l’homme, avec un accent particulier sur la mise en œuvre (ou l’absence de mise en œuvre). Ses intérêts connexes comprennent, entre autres, les théories de la réconciliation, de l’autodétermination, de la justice et de l’injustice, de l’égalité et de l’inégalité, ainsi que la pensée postcoloniale et décolonisatrice en ce qui concerne les peuples autochtones du Canada et d’ailleurs.

Alec Crisman (Science Politique, McGill)

Ses recherches portent sur la pensée libérale classique, les conceptions de la justice sociale et l’identification de domaines de  potentiel conflit et conversation entre les deux. Il s’intéresse également au travail qui franchit les frontières entre la théorie politique et d’autres sous-domaines de la science politique.

Michael Denigris (Science Politique, McGill)

Ses intérêts se situent à l’intersection de la philosophie et de la théorie politique, avec un accent sur les questions du marxisme, de l’herméneutique de la suspicion et des méta-fondations des sciences sociales et politiques (notamment Habermas, Haslanger, Hayek, Levi-Bryant). Ses recherches actuelles explorent le projet de mondialisation anti-rationaliste de F.A. Hayek, ses affinités avec le matérialisme méthodologique, et ce qu’il a à gagner de l’analyse praxéologique de l’action communicative de Habermas.

Lucas Jerusalimiec (Science Politique, McGill)

Sa recherche est éclairée par la question de savoir si la souveraineté absolue est un élément nécessaire de la légitimité de l’État-nation. Si c’est le cas, l’État de Westphalie doit adopter une approche non libérale du pluralisme national et de la décentralisation de l’autorité. Cela pourrait indiquer la nécessité de réévaluer la manière dont les États libéraux peuvent revendiquer une légitimité en dehors de leur statut de nations souveraines.

Kyu Ree Kim (Science Politique, McGill)

Ses recherches portent sur la délimitation de l’agence et de la responsabilité de l’injustice structurelle mondiale, à savoir le changement climatique.

Vertika (Science Politique, McGill)

Sa thèse s’intéresse à la philosophie de Thomas Hobbes sur les sous-thèmes de l’anxiété, de la liberté, de la religion et de l’absolutisme, ainsi qu’à certaines idées anciennes sur l’anxiété, comme celles des épicuriens et des stoïciens. Plus largement, elle s’intéresse à l’émotion et à la politique, ainsi qu’au lien entre la psychologie individuelle et les émotions collectives dans la pensée politique historique et contemporaine. D’autres domaines d’intérêt sont la théorie féministe, le genre, la race et le handicap, la théorie politique à fondement normatif, et certains thèmes contemporains comme le populisme, l’immigration et la politique de la peur et de l’anxiété.

Woodfinden, Benjamin (Science Politique, McGill)

Ses recherches portent sur la pensée politique anglaise et française des XVIIIe et XIXe siècles, la théorie constitutionnelle, la pensée politique canadienne et des penseurs tels que Burke, Constant et Tocqueville.

Yi Yang (Science Politique, McGill)

Il s’intéresse à l’histoire de la pensée politique en se concentrant plus particulièrement sur la Grèce antique et le début de la période moderne. Actuellement, il travaille sur la théorie de la souveraineté et la théorie de la sociabilité (commerciale) au 17ème et 18ème siècle.

Jun-Han Yon (Science Politique, McGill)

Il s’intéresse à la démocratie radicale et au post-marxisme.

Ses recherches tentent d’envisager la notion de collectivité de manière à promouvoir l’égalité ainsi que la liberté des individus dans la démocratie libérale.

Xavier Boileau (Philosophie, UdM)

Ses recherches portent sur les liens entre le développement du multiculturalisme, colonialisme et impérialisme au cours du XIX, XX et XXI siècle en philosophie politique. Il a aussi travaillé sur différents projets en histoire culturelle.

Antoine Dionne Charest (Philosophie, UdM)

Il s’intéresse à la philosophie morale et politique et, plus particulièrement, à la sécularisation, la laïcité, l’État, les droits collectifs et la question de la vie bonne. Sa thèse, Le sens de l’État à l’âge séculier: esquisse d’un État pourvoyeur de sens, essaie de répondre à la question de savoir si l’État libéral et démocratique peut être, dans une société séculière, une source de sens, au sens de la vie bonne.

Morgane Delorme (Philosophie, UdM)

Ses intérêts de recherche sont à la jonction entre la philosophie politique normative, l’éthique économique, l’économie politique et les European Studies. Sa thèse porte sur la Banque centrale européenne et l’étude des justifications concernant la politique monétaire non-conventionnelle (post-2008) à partir d’une lecture contractualiste de l’institution, d’inspiration rawlsienne.

François Letourneux (Philosophie UdM)

Ses recherches portent sur le bien-être, la formation des préférences et l’autonomie. Il explore des phénomènes sociaux comme la publicité afin de voir s’ils peuvent parfois exercer une influence indue sur les préférences, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur le bien-être de ceux qui y sont exposés.

Saaz Taher (Science Politique, UdM)

Ses recherches portent sur les théories des injustices épistémiques et les théories féministes et critiques de la race. Sa thèse cherche à comprendre comment les injustices épistémiques se matérialisent dans les délibérations publiques sur l’interdiction des symboles religieux au Québec contre les groupes minoritaires, en particulier les femmes musulmanes.

Kimberly Lanthier (Philosophie, UQAM)

Ses intérêts de recherche portent sur la philosophie politique et l’épistémologie sociale féministe, tout particulièrement sur les questions d’injustice épistémique et, plus récemment, de désinformation. Son mémoire de maîtrise porte sur les injustices épistémiques subies par les personnes au sein de certaines relations interpersonnelles, et sur les injustices sociales, politiques et institutionnelles qui en résultent.

    2019-2020

    Morgan Gagnon (Philosophie, Concordia)

    Rebecca van der Post, (Philosophie, Concordia)

    Gilles Beauchamps (Philosophie, McGill)

    Thomas Colbourne (Philosophie, McGill)

    Hugo Cossette-Lefebvre (Philosophie, McGill)

    Nicholas Dunn (Philosophie, McGill)

    Éliot Litalien (Philosophie, McGill)

    Thomas Minguy (Philosophie, McGill)

    Philip-Emmanuel Aubry (Science Politique, McGill)

    Aberdeen Berry (Science Politique, McGill)

    Alec Crisman (Science Politique, McGill)

    Michael Denigris (Science Politique, McGill)

    Lucas Jerusalimiec (Science Politique, McGill)

    Kieran Jimenez (Science Politique, McGill)

    Kyu Ree Kim (Science Politique, McGill)

    Jimmy Lim (Science Politique, McGill)

    Tereza Monkova (Science Politique, McGill)

    Vertika (Science Politique, McGill)

    Benjamin Woodfinden (Science Politique, McGill)

    Yi Yang (Science Politique, McGill)

    Jun-Han Yon (Science Politique, McGill)

    Xavier Boileau (Philosophie, UdM)

    Antoine Dionne Charest (Philosophie, UdM)

    Alexandre Gorchkov (Philosophie, UdM)

    Paul Jackanich (Philosophie, UdM)

    François Letourneux (Philosophie, UdM)

    Gabriel Monette (Philosophie, UdM)

    Saaz Taher (Philosophie, UdM)

    Tristan Boursier (Science Politique, UdM)

    Dimitri M’Bama (Science Politique, UdM)

    Guillaume Soucy (Philosophie, UQAM)

      2018-2019

      Morgan Gagnon (Philosophie, Concordia)

      Ses intérêts de recherche portent sur la réduction de la violence sexuelle au sein des institutions. En particulier, elle vise à déterminer le rôle de l’institution dans la responsabilisation de ses membres lorsqu’ils ont commis des actes de violences sexuelles. Plus généralement, elle s’intéresse à l’application pratique des théories de la justice et à l’équilibre des droits concurrents.

      Dónal Gill (Science Politique, Concordia)

      Il travaille sur une thèse de doctorat centrée sur les idées de voyage et d’éducation dans « Gulliver’s Travels » de Jonathan Swift. La thèse aborde également la théorie de Locke sur l’éducation libérale et les « lettres persanes » de Montesquieu (1693) dans le cadre d’une discussion plus large sur le relativisme et l’universalisme naturel au sein des rencontres interculturelles de voyage. Au-delà de cela, il s’intéresse généralement aux débuts de la période Contre-Lumières, à la théologie politique et à l’histoire de la pensée politique en Irlande au cours du XVIIIe siècle.

      Alec Crisman (Science Politique, McGill)

      Ses recherches portent sur la pensée libérale classique, les conceptions de la justice sociale et l’identification de domaines de  potentiel conflit et conversation entre les deux. Il s’intéresse également au travail qui franchit les frontières entre la théorie politique et d’autres sous-domaines de la science politique.

      Frédérick Armstrong (Philosophie, McGill)

      Ses recherches s’articulent autour de deux axes: (1) Qu’est-ce que la vulnérabilité et comment devrions-nous utiliser ce concept dans la théorie politique normative et la théorie politique conceptuelle? (2) Quel est l’intérêt des politiques multiculturelles et qui devrait être considéré comme un sujet du multiculturalisme? Chaque question de recherche concerne un débat assez circonscrit dans la philosophie politique contemporaine, mais mon objectif est de les traiter ensemble. Cela signifie que les connaissances conceptuelles et normatives, développées dans mes recherches sur la vulnérabilité, alimentent les engagements normatifs et politiques défendus dans mes recherches sur le multiculturalisme, et inversement.

      Mathieu Baril (Philosophie, McGill)

      Ses recherches actuelles portent sur les écrits de Harry Frankfurt et leur réception. Il cherche à démontrer qu’il est plus approprié de considérer cette approche hiérarchique comme une théorie d’agence, et qu’il n’est pas aussi défectueux qu’on le prétend.

      Aberdeen Berry (Science Politique, McGill)

      Ses domaines d’intérêt incluent la théorie féministe et libérale.

      Sa thèse porte sur l’oppression ancrée dans l’identité sociale et sur le développement d’outils permettant de critiquer ce type d’oppression lorsque les personnes ne sont pas d’accord sur ce qui constitue l’oppression et ce que l’État peut légitimement faire à ce sujet.

      Thomas Colbourne (Philosophie, McGill)

      Il étudie l’histoire de la philosophie en mettant l’accent sur la philosophie moderne. Il s’intéresse particulièrement à la manière dont la métaphysique de Benoît de Spinoza sous-tend et informe sa philosophie politique. Il s’intéresse également, d’une manière plus générale, aux questions relatives à la notion d’idéologie et au fonctionnement du concept de vérité dans le discours politique.

      Hugo Cossette-Lefebvre (Philosophie, McGill)

      Ses recherches portent sur la théorie politique, l’éthique et la philosophie du droit.

      Il s’intéresse particulièrement à l’application des théories de l’autonomie relationnelle et de l’égalité relationnelle au niveau international.

      Nicholas Dunn (Philosophie, McGill)

      Il s’intéresse beaucoup à Kant, mais dans son travail actuel, il traite principalement de l’intersection de sa métaphysique / philosophie de l’esprit et de l’esthétique. Son projet de thèse porte sur les questions découlant de sa théorie du jugement. Il travaille également sur un projet impliquant la réception de Kant dans la théorie politique continentale du XXe siècle, avec des penseurs tels que Arendt, Habermas et Gadamer.

      Nikolas Hamm (Philosophie, McGill)

      Ses recherches portent sur le caractère moral, la possibilité et la méthode de sa culture et son rôle dans la vie sociale et politique. Il s’intéresse principalement au caractère moral dans la philosophie moderne de l’époque (surtout Kant), mais s’intéresse également aux notions contemporaines du caractère ainsi qu’à sa relation avec la vertu dans la philosophie ancienne.

      Lucas Jerusalimiec (Science Politique, McGill)

      Ses recherches s’appuient sur la question de savoir si la souveraineté absolue est nécessaire pour la légitimité des États-nations. Si tel est le cas, alors l’État westphalien doit avoir une approche non libérale du pluralisme national et de l’autorité décentralisée.  Ceci pourrait indiquer la nécessité de réévaluer la manière dont les États libéraux peuvent revendiquer une légitimité indépendamment de leur statut de nation souveraine.

      Kieran Jimenez (Science Politique, McGill)

      Ses intérêts portent sur l’histoire de la pensée politique occidentale, se concentrant sur les idées de liberté humaine, avec une concentration sur les premières formulations modernes de la souveraineté populaire. Sa thèse examine le problème politique de la fierté chez Machiavel, Hobbes et Rousseau, et révèle les principes communs qui sous-tendent leur diagnostic et leurs prescriptions (étonnamment) similaires.

      Jimmy Lim (Science Politique, McGill)

      Ses recherches portent sur la relation entre la motivation morale et la stabilité politique. Ses recherches sur la motivation morale se concentre sur la motivation religieuse. Plus précisément, il examine les raisons (ou opinions) religieuses en tant que classement de raisons de motivation pour l’action politique. Il mène ses recherches en étudiant trois philosophes: Rawls, Hobbes et Averroès.

      Éliot Litalien (Philosophie, McGill)

      Ses principaux intérêts de recherche se situent à l’intersection de la philosophie politique et de l’ontologie sociale. L’argument central développé dans sa thèse est que certains groupes peuvent être qualifiés comme agents (collectifs) et que leur qualification en tant qu’agents signifie que leur pouvoir peut être contrecarré par des ingérences, une domination ou une oppression.

      Tereza Monkova (Science Politique, McGill)

      Ses recherches portent sur les conceptions de la subjectivité humaine et de « l’animalité » (et en particulier sur la distinction entre les deux). Elle s’intéresse particulièrement aux tentatives contemporaines de remanier des animaux non humains en tant qu’objets réels d’intérêt moral et politique, et de reformuler les questions de relations inter-espèces en termes de questions de justice inter-espèces.

      Muhammad Velji (Philosophie, McGill)

      Il fait de la philosophie politique en utilisant une philosophie féministe mais aussi analytique et la philosophie continentale du 20ème siècle. Titre de la thèse: La philosophie de la piété: comment les femmes musulmanes voilées nous permettent de repenser l’automaticité, le libre arbitre, les préférences adaptatives et l’autonomie.

      Vertika (Science Politique, McGill)

      Ses recherches portent sur l’histoire de la théorie politique, la théorie politique féministe et le genre, la race et la théorie politique, les émotions et la politique et la théorie politique normative auprès des personnes aux prises avec des difficultés.

      Benjamin L. Woodfinden (Science Politique, McGill)

      Ses recherches portent sur l’histoire de la pensée politique et de la pensée libérale, en particulier le libéralisme français, ainsi que sur les intérêts normatifs du pluralisme, du fédéralisme et des relations entre religion et politique.

      Yi Yang (Science Politique, McGill)

      Il s’intéresse à l’histoire de la pensée politique avec un accent particulier sur la période de la Grece antique et le début de la période moderne. Il travaille actuellement sur la théorie de la souveraineté et la théorie de la sociabilité (commerciale) aux XVIIe et XVIIIe siècles.

      Jun-han Yon (Science Politique, McGill)

      Il s’intéresse à la démocratie radicale et au post-marxisme.

      Ses recherches tentent d’envisager la notion de collectivité de manière à promouvoir l’égalité ainsi que la liberté des individus dans la démocratie libérale.

      Xavier Boileau (Philosophie, UdeM)

      Ses recherches portent sur les liens entre le développement du multiculturalisme, colonialisme et impérialisme au cours du XIX, XX et XXI siècle en philosophie politique. Il a aussi travaillé sur différents projets en histoire culturelle.

      Antoine Dionne Charest (Philosophie, UdeM)

      Il s’intéresse à la philosophie morale et politique et, plus particulièrement, à la sécularisation, la laïcité, l’État, les droits collectifs et la question de la vie bonne. Sa thèse, Le sens de l’État à l’âge séculier: esquisse d’un État pourvoyeur de sens, essaie de répondre à la question de savoir si l’État libéral et démocratique peut être, dans une société séculière, une source de sens, au sens de la vie bonne.

      Alexandre Gorchkov (Philosophie, UdeM)

      L’intérêt principal de ses recherches est le néolibéralisme en tant que rationalité politique et ordre normatif de la raison et ses effets sur la société. Comment le système de valeurs néolibéral crée des conditions favorables pour les régimes autoritaires extrêmes.

      François Letourneux (Philosophie, UdeM)

      Il s’intéresse à la philosophie de l’économie, en particulier en ce qui concerne les liens qui peuvent être tracés entre des concepts utilisés en sciences économiques et les politiques publiques.

      Ses recherches actuelles portent sur la jonction du concept d’efficience et l’investissement responsable.

      Gabriel Monette (Philosophie, UdeM)

      Ses recherches portent sur les entreprises.

      Il explore les liens entre les différentes conceptions de la liberté, la forme des entreprises et la justice.

      Taher Saaz (Science Politique, UdeM)

      Par une analyse du discours public autour de l’interdiction de la burqa en Suisse et au Québec, sa thèse vise à montrer de quelles façons les philosophies publiques d’intégration au sein de ces pays ont évolué pour exclure davantage les minorités musulmanes.

      Audrey Ghali-Lachapelle (Philosophie, UQAM)

      Elle travaille en éthique de la sexualité sur des enjeux touchant les personnes en marge de la société, principalement les femmes et les minorités ethnoculturelles.  Elle accorde une attention particulière à la théorie de l’injustice épistémique de Miranda Fricker (2007), au confluent de l’éthique et de l’épistémologie féministe.

      Léa Turbide (Philosophie, UQAM)

      Son sujet de recherche porte sur le problème que pose la souffrance des animaux sauvages en éthique animale. Elle s’intéresse à la tension qui subsiste entre d’une part, nos devoirs prima facie d’intervention qui semblent découler de la thèse selon laquelle les animaux sont des sujets de considération morale et d’autre part, notre forte intuition de «laissez-faire» lorsqu’il est question de la nature sauvage.  

      Alex Anderson (Philosophy, McGill)

      Frédérick Armstrong (Philosophy, McGill)

      Aberdeen Berry (Political Science, McGill)

      Andrée-Anne Cormier (Philosophie, Montréal)

      Cameron Cotton-O’Brien (Political Science, McGill)

      Yasmeen Daher (Philosophie, Montréal)

      Cameron Fleming (Political Science, McGill)

      Eli Friedland (Political Science, Concordia)

      Fabian Garcia (Philosophie, Montréal)

      Kieran Jimenez (Political Science, McGill)

      Christian Jobin (Philosophie, Montréal)

      Jimmy Lim (Political Science, McGill)

      Éliot Litalien (Philosophy, McGill)

      Benoît Morisette (Sciences Politique, Montréal)

      Martin McCallum (Political Science, McGill)

      Margaux Ruellan (Philosophie, Montréal)

      Derval Ryan (Political Science, McGill)

      Mariangela Tobbia (Philosophie, Montréal)

      Muhammed Velji (Philosophy, McGill)

      Alex Anderson

      Frederick Armstrong

      Chris Brzovic

      Cameron Cotton-O’Brien

      Cameron Fleming

      Christian Jobin

      Martin McCallum

      Tara Myketiak

      Blandine Parchemal

      Margaux Ruellan

      Eric Sevigny

      Muhammad Velji

      Alex Anderson

      Frederick Armstrong

      Chris Brzovic

      Cameron Cotton-O’Brien

      Cameron Fleming

      Douglas Hanes

      Christian Jobin

      Martin McCallum

      Tara Myketiak

      Jean-Philippe Royer

      Margaux Ruellan

      Eric Sevigny

      Muhammad Velji

      Alex Anderson

      Laury Bacro

      Agnès Berthelot Raffard

      Chris Bourne

      Marek Brzezinski

      Christopher Brzovic

      Andréanne Cormier

      Cyriaque Dongmeza

      Thomas Ferretti

      Maud Gauthier-Chung

      Julie Girard-Lemay

      Ryan Griffiths

      Naïma Hamrouni

      Doug Hanes

      Christian Jobin

      Dominic Martin

      Martin McCallum

      Tara Myketiak

      Michal Rozworski

      Jeffrey Sachs

      Louis Sagnières

      Éric Sévigny

      Nina Valiquette

      Alex Anderson

      Laury Bacro

      Alexandre Baril

      Dongmeza Cyriaque

      Charle Desbiens-Lamarre

      Ryan Griffiths

      Douglas Hanes

      Duncan Hart Cameron

      Martin McCallum Erica Rayment

      Michal Rozworski

      Jeffrey Sachs

      Nina Valiquette